Rob Reese

Et voilà, je sors d’un atelier avec Rob Reese, organisé par les improfessionals. C’était très chouette, tant en terme de rencontres que pour le contenu.

Rob Reese nous a fait un atelier sur l’organique autour du “jeu de la scène”. Il nous a proposé une approche dans laquelle on crée une plateforme, puis on construit un jeu de la scène en réagissant émotionnellement l’un à l’autre, en faisant une unique proposition à chaque fois, et en laissant son partenaire réagir à ça ! C’était très intéressant, mais nous n’avons pas tant joué que ça, donc difficile de bien le mettre en pratique !

Rob Reese nous a fourni quelques petites phrases que j’ai bien aimé (je vais en traduire certaines) :

  • “Les 4 cavaliers de l’apocalypse de l’impro sont : la négociation, la relation prof-élève, le conflit, la résolution de problèmes” (le fait d’avoir un problème, et de trouver une solution en disant : ben on va faire ça, puis ça, et hop, ça marche !)
  • “Killing someone on stage is pimp, wounding someone on stage is a gift”
  • “Il y a des gens qui font des propositions en mode fusil à pompe : ils envoient plein de propositions dans tous les sens en espérant que quelqu’un va en attraper une. Je veux que vous fassiez des propositions comme des rayons laser : un point de concentration”
  • “Les compétences sociales qui vous permettent d’interagir socialement avec les gens sont celles qui vous font passer pour un abrutis sur scène” (Celle là est de Del Close, et ça parlait de l’attention portée aux autres, ne pas mettre l’autre dans l’embarras, se protéger, etc…)

Quelque chose qui m’a renvoyé à un ressenti personnel aussi : Rob parlait à un joueur et lui disait qu’il faisait des propositions comme une mitraillette, les enchaînant très vite, en espérant que son partenaire en attraperait une, et si les propositions étaient contradictoires, c’était pas grave…

J’ai quelqu’un avec qui j’improvise avec qui je ressens vraiment ça. Il me mitraille de propositions auxquelles j’ai envie de réagir, mais comme je ne le fais pas assez vite, que je laisse trop le temps à l’émotion de monter en moi, j’ai eu le temps de prendre 5 propositions… Du coup, c’est très difficile pour moi de jouer avec lui. Je me souviens également que ça m’est arrivé de le faire également ! La scène n’avait d’ailleurs pas très bien fonctionné !

J’ai également expérimenté sous les conseils de Nabla ; comment parvenir à faire jouer les gens avec soi. J’ai découvert (ou appliqué ?) qu’il était très efficace de dire ce que l’autre faisait. Remarquer quelque chose chez lui, et l’énoncer à voix haute, sans aucune crainte d’être trop évident aide à la fois l’autre à définir sa réaction, et pose les règles du jeu auquel on peut jouer.

Rob nous a fait faire l’exercice suivant : préparer une réponse émotionnelle à l’avance, et au dernier moment la changer pour se surprendre. J’étais mitigé sur cet exercice, car j’aurais tendance à aller dans le sens de Mick Napier, en disant que si on prépare une réponse émotionnelle avant une scène, ça ne nuira pas vraiment à la scène, et ce n’est pas grave. Ca peut même être mieux que pas de réaction ! Cependant, Rob nous suggérait de nous surprendre nous même, et je ne peux qu’adhérer à cela, même si je trouve qu’il y a de meilleurs exemples pour lesquels c’est important.

Désolé pour le fil un peu décousu, mais je crois que j’ai fait le tour de ce que j’ai trouvé d’intéressant dans cet atelier !

Atelier, Réflexions , , , , , ,

3 comments


  1. Lily

    Hey Ouardane, merci pour ce ptit sum-up 🙂

    Il y a une chose dont tu n’as pas parlé, c’est les jeux qui se mettent en place entre les partenaires, et qu’on peut apprendre à reconnaître en entraînement, pour pouvoir les repérer instinctivement sur scène et les jouer à fond. Exemple: quand on a commencé notre scène tous les deux, que j’ai dit “je ne mérite pas ce cadeau”, que tu as continué “je ne suis pas assez bien pour toi”, et qu’on aurait pu continuer jusqu’à devenir des sous merdes 🙂

  2. Pingback: Je veux être écrivain ! « Le Caucus

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *