DSK !

Mais que vient faire DSK sur un blog d’impro ?

Son exemple illustre terriblement bien une théorie… Celle des status de Keith Johnstone.

Si la foule est fasciné par cette histoire. Si les images provoquent tant de réactions et d’émotions, C’est bien parce que DSK vient de faire une chute vertigineuse de status.

DSK portait un haut status, de par sa fonction et son attitude : silencieux alors que tous parlent de lui, mesuré dans ses propos, calme..

Ce renversement marque nos esprits.

Alors, au travail, allons bosser les status !

Réflexions

2 comments


  1. v667

    Merci pour ces liens et ces posts sur l’improvisation, j’adore c’est magnifique! 🙂
    Petite question : dans beaucoup de posts (j’ai lu beaucoup de posts dans l’ordre antichronologique, c’est passionant), Keith Johnstone a l’air d’une sorte de référence, une figure mythique dans le domaine de l’impro. Je n’ai pas lu son livre mais je suis curieux de savoir : est-ce parce qu’il est l’un des seuls (rares) à avoir reflechi et formalisé les processus liés à la performance “improvisation” ou est-ce parce qu’il represente une école (un courant de pensé) qui fait l’unanimité (et dans ce cas quels sont les autres écoles/courant de pensé) ?

    Encore merci!!!!

    • Ouardane

      Merci pour ce commentaire ! C’est très encourageant !

      Pour Keith Johnstone, non, il est loin de faire consensus.

      Globalement, dans l’improvisation moderne, il y a trois grands courants :
      * L’école de Chicago, qui a pour guru feu Del Close qui se concentre sur l’humour, la créativité de groupe, et le concept du jeu de la scène. Le livre de référence est Truth In Comedy, mais il est très court et très incomplet. Cette école a donné naissance aux formats longs comme le Harold.
      * L’école de Calgary (Canada), qui a pour guru Keith Johnstone, et qui se concentre sur la narration, et la profondeur, et qui a été mis sur papier et formalisé par Keith, qui a écrit deux livres.
      * L’école franco-canadienne du match d’improvisation par Gravel et Leduc, basé sur la notion (Ecoute, Accepte, Propose), et qui a été mis sur papier dans Impro I et Impro II principalement.

      Personnellement, je trouve que l’approche de Keith est celle qui a été le mieux formalisée, et est celle qui m’inspire le plus car elle propose une improvisation sincère qui ne tourne pas que autour de l’humour, mais qui pousse l’improvisation vers le théâtre.

      Cependant, il existe bien d’autres écoles : Augusto Boal et le théâtre forum, Viola Spolin et les jeux (qui n’est plus très à la mode), et bien d’autres encore que j’ignore… (On peut trouver de nombreux écrits de Spolin et de Boal également).

      Merci de me lire en tout cas !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *