Et ce qui devait arriver…

… arriva.

Keith Johnstone devient populaire. Une petite communauté se construit autour des Improfessionals, de Eux, du Caucus, du blog de Ian, etc.

Et voilà que j’ai découvert sur le site d’une troupe sur lequel on trouve des phrases comme :

  • “Il est conseillé d’avoir déja expérimenté le match d’impro avant de monter un spectacle, en particulier pour “transgresser” les fautes d’impro ” – NB ici fautes d’impro fait référence aux fautes comme définies dans le match.
  • Les fautes d’impro sont souvent transgressée, mais les acteurs en ont conscience. En effet, les fautes d’improvisation ont une raison (l’interdiction du refus a pour but par exemple de promouvoir la construction d’une histoire). Leur transgression dans un spectacle la prends en compte (Un refus sera suivi d’une autre proposition, ou justifiée, de façon à continuer la construction).

Le site présente l’impro, et commence par expliquer le match. Il liste les catégories.

Et comme référence : Impro for Storytellers, de Keith Johnstone et un lien vers le site de keith.

Keith Johnstone ne propose pas une nouvelle catégorie ou un nouveau format. Keith, c’est une autre façon de pratiquer l’improvisation. C’est sortir du [Ecoute, Accepte, Propose].

Mais on ne pourra pas vraiment empêcher Keith de devenir populaire, et on verra des gens se réclamer de Keith Johnstone et pratiquer une impro médiocre…

A voir ailleurs !, Réflexions , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *