Bibliothèque

Une courte revue des livres que j’ai lu, ce que j’en ai pensé, de ce qu’ils m’ont apporté :

(Les liens amazon que vous trouverez ici vous permettront d’acheter facilement ces livres. En suivant ces liens, vous les trouverez au même prix que si vous les cherchiez par vous même, en revanche, je touche une toute petite comission)

Impro for StorytellersKeith Johnstone :

S’il ne fallait en lire qu’un, ce serait celui là. Le livre est facile à lire, inspirant. La méthode scientifique de Keith apporte un regard neuf sur l’improvisation tout à fait rafraîchissant. C’est pour moi le seul auteur qui porte réellement une vision globale et une théorie cohérente sur tous les aspects de l’improvisation. Je n’aurai qu’une seule critique à formuler : son livre est assez mal organisé, et il est difficile d’y suivre un cheminement.

Impro, improvisation and the theaterKeith Johnstone :

Ce livre précède Impro for storytellers, pourtant je vous recommande de le lire ensuite. Déjà parce qu’il éclaircit certains points, et qu’il développe plus les fondements théoriques. Le livre est également plus difficile à lire, donc mieux vaut déjà être sous le charme du british !

The Improv HandbookTom Salinski et Deborah Frances-White :

Un livre très intéressant ! Ces deux élèves très influencés par Keith Johnstone propose un livre qui propose une construction des notions de bases de l’improvisation sous influence de Johnstone, et mettent également en regard la technique de Johnstone avec celle de Close et de l’improvisation de Chicago. Ce livre est un excellent complément à ceux de Johnstone, car on perd en génie ce qu’on gagne en structure. Une seule critique : les auteurs sont des intégristes de la narration. Ils considèrent qu’une histoire est l’uniquement moyen de générer de la bonne impro. J’ai l’impression que même Keith Johnstone lui même ne serait pas aussi définitif.

Process: An Improviser’s JourneyMichael J. Gellman & Mary Scruggs :

Ce livre présente l’art et l’improvisation comme un processus. Ce processus propose de développer des techniques pour improviser une pièce de 30 minutes de la qualité littéraire égale à une autre production théâtrale basé sur un texte. Mais comme son titre l’indique, ce n’est pas tant le résultat qui est intéressant, mais la démarche, le processus, pour y parvenir. C’est ainsi que les livre présente sous la forme d’un récit d’un élève qui participe à l’atelier le processus qu’il traverse (à la manière de stanislavski dans la préparation de l’acteur), et qui éclaire le processus de l’improvisation organique. Le livre est court, bien écrit et agréable à lire. Le livre renvoie vraiment une improvisation complètement différente de ce qu’on peut trouver ailleurs, et apporte vraiment autre chose. Cependant, je pense qu’il est très difficile de bien comprendre de quoi il s’agit tant qu’on ne l’a pas expérimenter sois même, et la simple lecture du livre peut être insuffisante. D’autre part, le livre est dépourvu d’index, et il est très difficile de retrouver les exercices une fois la lecture finie et le processus compris (au moins partiellement). Je vous conseille de lire ce livre si vous souhaitez aborder l’improvisation théâtrale de façon complètement différente (la méthode est brillante et passionnante), mais ça vous demandera beaucoup de travail et un groupe prêt à vous y suivre.

Improvise, Scenes from inside outMick Napier :

Ce livre ouvre les yeux sur un aspect tabou et central dans l’improvisation : la peur. Je pense que ce livre est particulièrement intéressant pour les groupes qui pratiquent l’impro à la française [Ecoute, Accepte, Propose]. Il propose également des petits trucs très concrets bien utiles sur les auditions, le comportement en répétitions, etc. Son travail sur la peur est vraiment intéressant, mais je trouve dommage qu’il ait tendance à proposer de se créer un personnage-armure, plutôt que d’accepter d’être vulnérable et sincère.

Improvise BetterJimmy Carrane, Liz Allen :

Un super petit bouquin très simple avec des cas très concret. Vous improvisez depuis 2-3 ans et vous trouvez que vous ne progressez plus ? Ce livre peut vous remettre en selle ! Avec des cas très concrets et des exercices en rapport, ce livre traite de quelques points de blocage et explique comment s’en libérer. Humble, concret, pratique, ce livre ne révolutionne pas l’improvisation mais peut s’avérer bien utile !

Improv for actorsDan Dingles :

Ce livre est destiné aux acteurs qui veulent utiliser l’improvisation comme outil, mais la plus grosse part de ce livre est consacrée aux techniques d’improvisation elles-mêmes. Le livre est facile à lire et basé sur les théories de Keith Johnstone, en particulier celle des status. Le livre propose peu d’exercices, mais les explore largement, proposant de nouveaux aspects, en particulier sur les status. Le livre est donc assez intéressant, mais plutôt pointu. Je le déconseille en première lecture, mais très bien en complément. Il a l’avantage de proposer un plan de cours organisé en plusieurs séances. Il aborde également le rapport à l’espace qui est très peu souvent exploré.

Truth in Comedy Charna Halpern, Del Close, Kim Johnson :

Ce livre est sans doute celui que j’ai le moins aimé de ceux que j’ai pu lire, parce qu’il pousse un peu vers le [Ecoute, Accepte, Propose]. Il est très facile à lire, mais les idées manquent de finesse et de profondeur. Si en plus, on passe les tartines qu’ils nous mettent pour nous dire “on est troooooooooop foooooooooort ! L’impro c’est géniaaaaaaaaaal ! Le Harold, c’est ultra giga mega coooooooooool !”, on peut tout de même trouver des choses intéressantes, sur le fait que rien n’est plus drôle que la vérité. Il y a aussi en filigrane des choses sur l’organique et le “group mind” qui sont très intéressants mais peu théorisées et peu développées ! Je pense que ce livre est à lire avec un œil averti, sous peine de n’en tirer que bien peu de chose !

Interactive ActingJeff Wirth :

Ce livre n’est pas directement un livre d’improvisation théâtrale. Il traite du théâtre participatif. Les pièces où le public est invité à participer. Basé pour beaucoup sur la théorie de Keith Johnstone sur la narration, il expose différents types de spectacles interactif, et propose des méthodes pour créer une histoire, et amener le public à collaborer. Autant la partie de la création de l’histoire n’est pas aussi intéressante qu’un bon Keith, autant la partie sur la collaboration avec le public est tout à fait digne d’intérêt, et ses enseignements sont à mon avis utiles dès que le public est amené à participer, même si ce n’est que pour donner un thème.

Improvisation for the theaterViola Spolin :

Pas fini de le lire (même si j’ai terminé la partie théorique). Ce livre est décrit comme la bible de l’improvisation. Je ne pensais pas que ce serait si vrai. C’est un livre assez difficile à lire avec des concepts assez flous. Il n’est pas évident d’en tirer les enseignements, car les mots utilisés semblent renvoyer à des concepts qui m’échappent. Pour autant, on sent une richesse et une réflexion, mais qui n’est pas facile à appréhender.

A practical guide to Gorilla Theatre and Micetro – Richard Ross :

Un petit guide pour apprendre à jouer, présenter et diriger ces deux formats d’improvisation dirigée créés par Keith Johnstone. Pas indispensable, mais intéressant, en particulier sur la gestion du comportement de diablotin (“mischief”). On regrettera quelques répétitions et quelques facilités entre la partie Gorilla Theater et Micetro où des morceaux sont carrément copier/collés. En revanche, le petit manuel liste des plateformes, des tilts, des débuts de scène, des jeux qui peuvent être bien utile pour diriger ces formats.

Improvise a full length playKenn Adams :

Un livre court mais dense qui propose une structure et une technique pour improviser des pièces de théâtre entière. Le livre propose donc une structure qui est détaillée et enrichie, introduisant des concepts et un vocabulaire propre au format. La construction du livre le rend facile à prendre en main. A première vue, la structure de pièce proposée semble légèrement limitante, mais constitue une bonne base, et une bonne structure. Le livre n’est pas très utile pour improviser autre chose qu’une pièce entière, à part le travail sur les enjeux, c’est à dire rendre un élément anodin important et central.

It’s about tolerance stupidIan Boothby :

Voir ma critique ici. Pour faire court : c’est un livre court mais intéressant qui ne concerne pas la théorie de l’impro, mais qui donne des conseils pour s’épanouir artistiquement dans le milieu. Je le recommande aux “vétérans” de l’impro qui sont familiers avec le milieu de l’impro.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *